Home

A Paris, le 16 décembre 2012. (Photo Julien Muguet.Reuters)

Le gouvernement est en difficulté face à l’opinion publique; une opportunité de rêve pour l’opposition. Or, nous voyons une droite désunie, incapable d’être d’accord tant sur une stratégie commune que le choix d’un leader. L’exemple du débat sur le mariage pour tous en est la preuve.

C’était l’occasion de reprendre la main. Après toutes les histoires qu’il a pu avoir lors de l’élection du secrétaire du parti de novembre, il était primordial pour le parti de s’affirmer en tant qu’opposition. Montrer une vraie solidarité, une cohésion au sein du parti; objectif primordial pour un parti qui en a besoin pour vivre autour de ses militants. Nous avons pu voir, à la place, une droite dispersée, incapable de tenir une ligne directrice qui a souvent, bien trop souvent, laissé les extrémistes nourrir le débat. Le débat aurait pu être constructif. Au lieu de cela, nous avons pu voir un débat dicté par les religions et les extrêmes utilisant la démagogie et incitant à la haine.

Cela a été la première erreur de l’UMP. En n’ayant aucune réelle ligne directrice et d’éléments de langage précis, nous avons pu assister à un festival de points de vue différents, selon les élus UMP. Les primaires pour les municipales et la nouvelle élection du secrétaire du parti, en septembre, y sont pour quelque chose, mais le débat aurait pu faire la différence. C’était un visage à prendre.

Nous avons vu l’UMP critiquer, de manière plus ou moins forte, les mouvements homophobes qui prenaient toujours plus de place dans le débat du projet de mariage pour tous, en proposant des manifestations mensuelles. Tout ceci en amalgamant cette réforme, par conséquent ce mouvement condamne l’homosexualité. L’UMP est à partir de ce moment dans un cul de sac.

S’il condamne de manière trop explicite les actes homophobes, il risque de perdre son électorat qui se dirigera vers le FN. Un processus déjà en cours, depuis le scandale qu’a suscité l’élection interne à l’UMP, en novembre. A coté de ça, ne pas les condamner pourrait créer un scandale pour un parti de la stature de l’UMP et décrédibiliser son créneau républicain, déjà bien atténué depuis quelques années. En ayant peu de stratégie globale, ils ont laissé se développer l’homophobie et les idées extrémistes de certains élus au sein même de son parti.

Au final, alors que le parti aurait pu s’imposer en tant qu’opposition forte, ce débat n’aura apporté que très peu de légitimité sur ce domaine à l’UMP. Il aura encore démontré sa radicalisation par son action, en laissant une plus grande place pour le centre et en tendant à se confondre sur certains points avec le Front National. Jouer cette stratégie c’est jouer quitte ou double et risquer de perdre totalement son électorat. Cette droite républicaine, populaire, que l’on a vu fortement disparaître dans l’UMP depuis 10 ans.

Maintenant que la loi est votée, nous pouvons nous poser plusieurs questions. Tout d’abord : quel pourrait être sa stratégie ? Va-t-il maintenir le créneau du mariage pour tous et continuer de manifester et déposer un recours devant le Conseil constitutionnel ? Ne risquerait-il pas d’essouffler la mobilisation ? Mais comme énoncé précédemment, cette stratégie peut également risquer de montrer l’UMP comme réactionnaire et décalé, lorsque la réforme sera entrée dans les mœurs. Tout ce qui sera gagné du côté des ultras sera perdu du côté du centre. D’autant plus que les Français sont, d’abord et avant tout, préoccupés par le chômage et la situation économique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s